Le Chablais est une zone présentant de nombreux cours d’eau où une érosion des berges est observée nécessitant des travaux d’aménagement. Plusieurs méthodes peuvent être employées pour limiter l’érosion, mais dans le cadre du contrat rivière des Dranses et de l’est Lémanique porté par le SIAC et des politiques GEMAPI de la CCPEVA, le génie végétal (parfois associé au génie forestier ou au génie civil) est privilégié. Le génie végétal est très gourmand en matériel végétal (notamment en bouture de saules).

Actuellement, une partie des branches de saules utilisées dans le Chablais est importée des Pays Bas et des Alpes du Sud, ce qui entraîne des coûts élevés dû à l’acheminement des végétaux, des délais plus longs de livraison et un bilan carbone plus lourd. Cela peut également conduire à l’utilisation de boutures non adaptées au climat et à la perte de la diversité génétique locale. Ainsi, l’utilisation des essences de saules locaux semble être la meilleure solution pour pallier à ces problématiques. En effet, il est possible par technique de bouturage, de multiplier les branches qui seront ensuite utilisées de nombreuses manières (fascines, maintien de berge par développement racinaire, etc).

Ainsi, le projet de pépinière expérimentale de saules porté par la Communauté de Communes des Pays d’Evian et de la Vallée d’Abondance et piloté par le Cluster Eau Lémanique Evian a pour but la réalisation d’une pépinière expérimentale d’écotypes locaux de 7 espèces de saules adaptés au climat pour garantir un nombre suffisant de matériau pour les futurs travaux de génie végétal planifiés sur le territoire du Chablais pour la décennie à venir.

Les prélèvements des boutures pour la mise en place de la pépinière se font dans différentes zones naturelles du Chablais, bords de Dranses , zones humides ou dans le parc de Neuvecelle. La mise en place opérationnelle de cette pépinière a débuté en janvier 2022 et se prolongera jusqu’en mai 2022.